Bourjois : top-coat Python / Revlon : White on White

Je n’ai jamais aimé les top-coat craquelés classiques, je trouve que ça donne un effet un peu dégueulasse sur l’ongle. Cela étant dit, j’ai tout de même craqué pour un dérivé du craquelé, lequel est le top-coat Python de Bourjois. Je me suis dit que cela serait un peu plus classe sur mes ongles, alors à vous d’en juger.

Image

Image

ImageJ’avoue aisément que les bords ne semblent pas très soignés, c’était mon premier essai et a priori il faut que la couche soit assez épaisse pour que cela ne ressemble pas à un vernis craquelé classique, du coup ça déborde quelque peu et ça mériterait un petit coup de dissolvant afin d’être plus net.

Image

Zoom, zoom, zoom sur ma maladresse encore une fois, un petit coup de kärcher et ce sera plus sympa !

Image

C’est un peu flou, mais voilà ce que ça donne sur l’ongle, je trouve que ce top-coat tient ses promesses, ça ne ressemble vraiment pas à un craquelé basique.

Image

Enfin, voici la base posée sous ledit vernis, il s’agit d’un blanc pur de Revlon, le White on White. Je vous faisais part il y a quelque temps de ma quête concernant un blanc opaque, je l’ai enfin trouvé ! Et c’est très pratique pour les vernis un peu trop transparents tels les néons ou pour poser sous un top-coat de ce genre.

Voilà, je peux dire que je suis ravie de cet achat, je trouve que ce vernis est très sympa, mais il faut prendre le coup de main ! Comme vous le constatez, ce n’est pas encore le top du top pour moi, mais je suis trop pressée aussi… Pour avoir un effet python, il faut mettre une couche assez épaisse sinon ça ne donnera que de minuscules écailles et je trouve ça dommage pour ce vernis. Faites également attention à votre base, si elle est trop foncée, cela faussera la couleur du Bourjois (par exemple, même avec un vernis vert clair, mon rouge était beaucoup plus foncé ; pour le moment seul le jaune et le blanc trouvent grâce à mes yeux).

On finit en musique ? (hommage au White on White de Revlon :-D)